11:00 - 12:00
ET
Webdiffusion

Comment votre santé intestinale peut affecter le traitement de votre cancer du sang et votre qualité de vie

L'innovation dans la recherche

La communauté de microbes (bactéries, champignons, virus et leurs gènes) vivant dans notre tube digestif est connue sous le nom de " microbiome intestinal " et peut jouer un rôle dans le traitement des cancers du sang. Joignez-vous à nous pour en savoir plus sur ce domaine de recherche passionnant grâce à une présentation en direct par un leader international dans l'étude du microbiome intestinal !

Le Dr Bertrand Routy, directeur du laboratoire d'immunothérapie du centre de recherche du CHUM et professeur agrégé de clinique en hématologie-oncologie à l'Université de Montréal, donnera une présentation en direct le mardi 16 avril 2024, de 11 h à 12 h (HE).

Vous en apprendrez d’avantage sur :

  • Ce que vous mangez peut modifier votre microbiome intestinal, qui à son tour peut affecter votre réponse aux traitements;   
  • Comment la modification de votre microbiome peut aider à combattre la résistance aux principaux régulateurs de votre système immunitaire, et comment la pratique clinique de l'oncologie a été modifiée à la suite de certains des travaux du Dr Routy dans ce domaine.
  • Les essais cliniques dans les centres de microbiologie qui visent à transformer les résultats de laboratoire en applications cliniques.
  • Ce que signifie ce domaine de recherche pour un meilleur traitement et une meilleure qualité de vie pour les Canadiens atteints d'un cancer du sang.
Dr. Bertrand Routy
Dr. Bertrand Routy, MD, PhD
Dr Routy est un clinicien-chercheur et professeur agrégé au département d'hémato-oncologie du CHUM (Université de Montréal). Lors de son embauche au CRCHUM en 2018 et après avoir complété son doctorat avec le Professeur Laurence Zitvogel, le Dr Routy a accepté le poste de directeur scientifique du Centre du microbiome du CHUM où il a commencé ses travaux pour développer de nouveaux champs thérapeutiques basés sur les microbiomes en oncologie.

Ses travaux ont contribué à la découverte du microbiome intestinal en tant que nouveau biomarqueur pronostique pour les inhibiteurs de points de contrôle immunitaire (ICI) dans divers cancers. Il a caractérisé l'impact délétère de la dysbiose intestinale liée aux antibiotiques sur les résultats des ICI, ce qui a conduit à des changements importants dans la pratique clinique de l'oncologie. De plus, il a démontré que la modulation du microbiome par la transplantation de microbiote fécal, les probiotiques et la supplémentation en prébiotiques avait le potentiel de contourner la résistance aux ICI. Son équipe dirige actuellement plusieurs essais centrés sur le microbiote en oncologie, allant de la phase I à la phase II, dans le but de diminuer la résistance primaire aux ICI.