Image
Haley Zora
Lymphome hodgkinien

Haley Zora

Lymphome hodgkinien
23

Halifax NS
Canada

Il y a cinq ans, Haley Zora et son mari, Fabian, quittaient Regina, en Saskatchewan, pour s’établir à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Après avoir terminéun traitement de chimiothérapie pour un lymphome hodgkinien le 27 juillet 2015, Haley a voulu se joindre au comité consultatif pour aider d’autres personnes qui, comme elle, ne se reconnaissaient pas toujours dans le modèle du "patient du cancer" et qui pourraient avoir besoin d’être représentées plus fidèlement.

"Je m’appelle Haley Zora. À 23 ans, après plusieurs mois de démarches et d’insistance, et au bout de nombreuses visites à l’hôpital, j’ai finalement reçu un diagnostic de lymphome hodgkinien. Quelqu’un m’a dit : "Ce sera difficile, mais vous verrez, vous passerez au travers."  Je me suis concentrée sur cette phrase peut-être plus qu’il n’aurait fallu, mais cela m’a donné l’espoir de retrouver, de l’autre côté, une vie "normale."

Bien sûr, tout n’a pas été facile pendant le traitement, ni après d’ailleurs. J’ai des lésions nerveuses résiduelles causées par les médicaments utilisés pour ma chimiothérapie, et tout ce qui est froid rend douloureux mon visage, mes doigts et mes orteils. J’ai aussi du mal à composer avec la drôle de façon qu’ont les gens de me regarder lorsque je mentionne que j’ai été traitée pour un cancer. Mais cette expérience m’a aussi enseignée à avoir de l’empathie envers les autres, à reconnaître que personne n’est à l’abri des crises, et, surtout, à faire preuve de bienveillance. J’ai appris à profiter de ce que mon corps peut faire et à être reconnaissante pour chaque moment où je suis en santé!

Je n’en avais pas la moindre idée, mais en fait, c’est bien plus qu’une "vie normale" qui m’attendait de l’autre côté de ce long voyage. Après le traitement, j’ai repris ma vie, en tentant d’être plus présente, plus attentive qu’avant. Mon conjoint et moi avons célébré la fin de mon traitement par un voyage au Pérou. Nous sommes montés au sommet du Machu Picchu, et c’est là qu’il m’a demandé en mariage. Tous deux, nous sommes maintenant plus intéressés par la santé et la bonne forme, ce qui continue d’occuper une grande place dans notre vie. Nous nous sommes mariés en Saskatchewan, notre province d’origine, en août 2018, et nous vivons maintenant à Halifax, en Nouvelle-Écosse, où je fais présentement un stage en diététique et où il ne me reste qu’un dernier semestre à faire à l’Université Mount Saint Vincent.

Je donne des cours de kickboxing et de boxfit, et je m’occupe de la cuisine et du service dans une résidence pour retraités, ici, à Halifax. L’été, je retourne en Saskatchewan, et comme j’aime faire de la moto, je donne des cours de conduite de base pour le Conseil de la sécurité de la province. Faire du pain, des gâteaux et autres pâtisseries ne manque jamais de me réconforter, et je suis toujours heureuse de parler de mon expérience avec le cancer.

Je me suis joins au comité consultatif de la SLLC parce que j’ai réalisé qu’il n’y a pas beaucoup de gens de mon âge en traitement. J’aurais tellement voulu pouvoir parler avec quelqu’un de mon âge et échanger sur nos expériences respectives. Les questions touchant le retour aux études, la fertilité, la vie amoureuse et d’autres sujets ne sont pas souvent abordées par les ressources qu’offrent les oncologues et les centres de cancérologie. Je veux aider à changer les choses pour d’autres jeunes adultes atteints de cancer. "